FAQ – Covid-19 en EMS

Actualisée au 04 juin 2020

Covid-19 en EMS

 

Admission

Lors d’une nouvelle admission, quelles mesures mettre en place pour le résident admis ?

Lors de l’accueil d’un résident non suspect, les modalités d’accueil sont chambre individuelle pendant 14 jours, pas d’accès aux parties communes et éducation aux gestes barrières et surveillance clinique rapprochée.

Lors de l’accueil d’un résident suspect Covid-19, les modalités d’accueil sont définies dans le document suivant en ligne sur le site du CPIAS.

https://www.cpias-nouvelle-aquitaine.fr/wp-content/uploads/2020/02/ssr-ems-accueil.pdf (25/05/2020)

Doit-on systématiquement mettre en confinement 14 jours un résident de retour de consultation ou d’hospitalisation en ES ?

Si le port du masque a été respecté par le résident et la personne l’accompagnant (ambulancier, famille…) lors du transport, le confinement à son retour n’est pas obligatoire dans les départements classés « verts ». Une surveillance de la température et de l’apparition des signes cliniques doit être quotidienne pendant 14 jours. https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/deconfinement-etablissements-hebergeant-personnes_agees-covid-19.pdf (25/05/2020)

Clinique / Symptômes

Quels symptômes doivent m’alerter ? 

Les symptômes qui doivent faire évoquer sans attendre une infection Covid-19 en EHPAD chez les personnes âgées :

  • émission de plusieurs selles diarrhéiques inhabituelles ou des vomissements
  • un changement brutal de l’état de santé par rapport à l’état habituel (avec confusion ou chutes par exemple)
  • un fébricule avec variations de température d’un moment à l’autre avec oscillations entre hyper et hypothermie, nécessitant de prendre plusieurs fois la température dans la journée
  • une instabilité hémodynamique
  • une lymphopénie

indépendamment des signes plus typiques chez les autres patients : signes d’infection respiratoire (toux, dyspnée) fièvre, anosmie plus ou moins associé à une agueusie.  (01/04/2020)

Courrier

Nous nous posons la question dans un EHPAD de la gestion du courrier par les agents administratifs (récupération et ouverture) et de la remise de dessins d’enfants auprès des résidents. Pourriez-vous nous préciser les mesures à mettre en œuvre ?

Si une analogie est faite avec les autres coronavirus, comme c‘est le cas dans cet article récent https://www.journalofhospitalinfection.com/article/S0195-6701(20)30046-3/fulltext, nous pouvons extrapoler en se disant que le SARS-CoV-2 peut rester de plusieurs heures à jours sur le papier.

Il est important de noter qu’il n’y a pas de transmission du virus à travers la peau et que le port gants est une fausse sécurité lors de la manipulation de papier car il ne permet pas une hygiène des mains adaptée.

Ce qui est important, c’est de ne pas toucher son visage et les portes d’entrée du virus (œil-nez-bouche) avec ses mains qui pourraient être porteuses du virus (virus dans l’environnement papier -> surface de la peau des mains-> œil-nez-bouche).

La mesure la plus efficace est l’hygiène des mains très régulière pour éliminer le virus de ces mains en particulier avant la manipulation de papier et après. (20/03/2020)

Décès

Sur la prise en charge d’un résident défunt, vous indiquez le maintien des précautions « Air et Contact  » au lieu de précautions « Gouttelettes et Contact » ? Pouvez-vous nous préciser quelles précautions adopter ? 

Lors du webinaire du 17/03/20, nous sommes restés sur les recommandations du HCSP du 18/02/20. Depuis cet avis a été remplacé par celui du 23/03/20. Cet avis précise la prise en charge du corps d’un patient/résident décédé est à effectuer en précautions gouttelettes et contact. L’ensemble des détails de la prise en charge du corps y est également décrit. https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=786.

Vous pouvez également vous appuyer sur le document RéPias PRIMO : http://antibioresistance.fr/resources/covid19/CPIAS_COVID_EMS_PDL_DCD_VPRIMO.pdf (25/05/2020)

Faut-il des housses mortuaires normées ?

Non, dans l’avis du HCSP du 23/03/20,(https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=786) il n’est pas précisé de norme juste la mention « housse mortuaire imperméable ». Une fois fermée (ou juste ouverte de 5 cm pour présenter le visage aux proches) elle devra être désinfectée avec une lingette imprégnée de détergent-désinfectant répondant aux normes de virucidie vis à-vis des virus enveloppés  Le corps dans sa housse est déposé sur le brancard et la housse est recouverte d’un drap ; cette procédure permet de gérer le risque infectieux en toute sécurité. (01/04/2020)

Entretien des locaux / des surfaces

Peut-on utiliser la vapeur ?

Oui, dès lors que le procédé utilisé a passé la virucidie selon la norme française NF T 72-110 (il faut demander un PV de norme ou « équivalent » au fournisseur). (19/03/2020)

Pourriez-vous nous préciser les locaux à entretenir dont il est question dans le document du ministère à destination des directeurs d’EHPAD (https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/employeurs_accueillant_des_personnes_agees_et_handicapees.pdf) ? Pourquoi n’est-il pas préciser le port du masque par le professionnel si cela correspond à la chambre du résident et que le résident est dans sa chambre ?

Les locaux dont il est question sont : La chambre du résident

    • Un entretien comprenant un nettoyage et désinfection  des surfaces et sols avec un produit détergent-désinfectant virucide à diluer (sols et surfaces) ou prêt à l’emploi en spray (petites surfaces) respectant la norme EN 14 476 pour les virus enveloppés (virucidie sur souche Vaccinia).
    • Le professionnel en charge de l’entretien en la présence du résident doit prendre en compte les précautions complémentaires gouttelettes et contact et porter un masque chirurgical, des lunettes de protection, une surblouse et des gants de ménage.
    • Le port du masque chirurgical par le résident est également recommandé.
  • Les locaux communs :
    • le protocole habituel (en privilégiant toujours le balayage humide) est adapté avec une augmentation de fréquence et une vigilance particulière aux points de contact et matériel partagé (claviers, tablettes, extérieur mobilier salle de soin, boutons ascenseur, mains courantes, fauteuils roulants, déambulateurs, interrupteurs…).
  • L’ensemble des locaux doit faire l’objet d’une aération très régulière.

Dans le document du ministère, il est mentionné la non nécessité de porter un appareil de protection respiratoire (FFP2) car il n’y a pas d’aérosolisation lors de l’entretien. (25/05/2020)

Excreta

La présence du virus est présente dans les selles, et un peu dans les urines : Qu’en est-il des évacuations ?

La gestion des excreta doit se suivre le principe l’usage unique : utilisation de sacs protecteurs de bassin et de sacs protecteurs pour seau de chaises garde-robe. En cas d’utilisation des toilettes, il est nécessaire de rabattre l’abattant avant de tirer la chasse. L’emballage des changes se fait dans un sac pour élimination en DASRI. (19/03/2020)

Gants de ménage

Dans le contexte actuel de pénurie de gants à usage unique, pouvons-nous utiliser des gants de ménage réutilisables en caoutchouc ? Pour quel usage peut-on les réserver ?

Le recours aux gants de ménage est possible uniquement dans un contexte de pénurie de gants à usage unique. Leur usage est alors à réserver à l’entretien des locaux.

Il faut les utiliser en respectant certaines précautions car le gant caoutchouc se lave, mais ne se désinfecte pas. Les gants doivent être personnels et identifiés au nom ou aux initiales du professionnel auquel ils appartiennent.

Ils sont lavés côté extérieur avec de l’eau et du savon entre deux chambres et après chaque pièce.

En fin de journée, le professionnel les lave intérieurement et extérieurement avec de l’eau et du savon et les laisse sécher à l’envers.

L’usage du talc est à proscrire.

Dès que les dotations de gants à usage unique sont à nouveau correctes, l’usage unique remplace ces gants caoutchouc. (29/05/2020)

Masques

Peut-on utiliser des masques en tissu ?

Les masques tissus ne sont pas recommandés pour un usage sanitaire.

  • Pour un usage sanitaire sont recommandés
    • Les masques chirurgicaux EN 14643 dans le cadre des précautions gouttelettes (port par le soignant et le résident si possible).

A noter que la SF2H et la SF2S ont rédigé un avis commun le 21/03/20 sur les matériaux permettant la confection de masques de protection de type I dans cette situation de pénurie. Les conditions d’utilisation des masques de protection en non tissé SMS sont décrites dans l’avis et ne doivent en aucun cas se substituer pour les soignants aux masques répondant à la norme EN 14683. Une position nationale est en cours de réflexion sur ce type de masque.

  • Les appareils de protection respiratoire de type FFP2 EN 149 (à défaut FFP1 répondant à la norme EN 149) sont recommandés lors de gestes invasifs et à risque d’aérosolisation sur les voies aériennes.
  • Pour un usage non sanitaire, depuis le 29 mars 2020, 2 nouvelles catégories de masque été créés et leurs performances doivent être prouvés par les industriels les fabriquant (https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection) :
    • Catégorie 1 : les masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public

L’usage de ces masques est destiné aux populations amenées à recevoir du public dans le cadre de leurs activités professionnelles (policiers, gendarmes, hôtesses de caisses, etc.). Ils filtrent au moins 90 % particules de trois microns.

  • Catégorie 2 : les masques de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe

Ces masques sont destinés à l’usage d’individus ayant des contacts occasionnels avec d’autres personnes, dans le cadre professionnel. Ce masque pourra être porté par l’ensemble des individus d’un sous-groupe (entreprise, service…) ou en présence d’autres individus porteurs d’un masque d’une autre catégorie, lorsque le poste ou les conditions de travail le nécessitent. Ils filtrent au moins 70 % des particules de 3 microns. (25/05/2020)

Pouvons-nous utiliser des masques FFP2 périmés ?

Les masques périmés peuvent être utilisés sous réserve de contrôle préalable (Points de contrôle pour les FFP2) et notamment que les liens élastiques ne soient pas secs et rompus. (19/03/2020)

Les kinés doivent-il porter un masque chirurgical ou un FFP2 lors des séances de kiné respiratoire ?

Les kinésithérapeutes lors de la prise en charge de patient suspect ou confirmés Covid19 doivent porter un masque chirurgical. S’ils réalisent des soins aérosolisants, ils doivent porter un masque FFP2. (19/03/2020)

Organisation des soins

Peut-on appliquer notre « protocole IRA » lorsqu’un résident a des signes évocateurs de Covid ? Ce sera suffisant ?

Oui, c’est une très bonne base. Face à toute pathologie respiratoire, la mise en place des précautions complémentaires gouttelettes s’impose, le résident reste en chambre, les professionnels portent un masque chirurgical pour le prendre en charge. Le port de lunettes de protection est également conseillé pour le soignant ainsi que le port du masque (si possible) par le résident lors du soin effectué.

Au niveau de la collectivité dès le premier cas, la gestion se fera comme lors d’épidémie d’IRA : annulation activités encore maintenues, repas en chambre. L’alerte à l’ARS doit se faire dès le premier cas possible ou confirmé via le portail des signalements : https://signalement.social-sante.gouv.fr/psig_ihm_utilisateurs/index.html#/accueil (01/04/2020)

Faut-il mettre en place un secteur Covid-19 dédié ?

La possibilité de mettre en place un secteur Covid-19 en EHPAD est important à réfléchir dés maintenant. Il permettra dès le premier cas de limiter la propagation de l’épidémie. Dans l’impossibilité de créer un secteur, un confinement strict en chambre ainsi qu’une équipe soignante dédiée équipée d’EPI sont à privilégier pour les cas suspects ou confirmés. Il faut l’organiser dès à présent pour être opérationnel dès les premiers cas. (27/03/2020)

Produits Hydro-Alcoolique

Qu’en est-il de la pénurie de PHA ?

L’approvisionnement en PHA par les fournisseurs habituels reste tendu. Il faut essayer de se tourner vers les pharmacies d’officine,  les PUI d’établissement de santé et les entreprises de cosmétologie. Les appels au don sur différents médias locaux ou réseaux sociaux peuvent également réserver de bonnes surprises.

Vous pouvez si vous en avez, envisager le lavage antiseptique avec un savon antiseptique type Bétadine scrub® ou Hibiscrub® pendant une minute peut être une mesure alternative. L’alcool à 70°est efficace. 

Dans tous les cas, le lavage des mains au savon doux reste une mesure de prévention efficace car elle permet d’éliminer les souillures.

Une rationalisation de votre stock en le priorisant pour les situations de soins est à privilégier en attendant le réapprovisionnement. (27/03/2020)

Retour d’hospitalisation

Quelle conduite adopter au retour d’un résident de consultation ou d’hospitalisation en ES ?

  • Doit-on le mettre en confinement 14 jours ?
  • Doit-on demander un dépistage 24 à 48h avant son retour dans le cadre d’une hospitalisation de courte durée (inf. à 3 jours) ?

Si le port du masque a été respecté par le résident et la personne l’accompagnant (ambulancier, famille…) lors du transport, le confinement à son retour ainsi que le dépistage entre 24h et 48h avant son retour ne sont pas obligatoires dans les départements classés « verts ». Une surveillance de la température et de l’apparition des signes cliniques doit être quotidienne pendant 14 jours. (04/06/2020)

Ventilateur & Climatisation

Pouvons-nous utiliser les ventilateurs et climatiseurs mobiles dans les chambres des résidents et les parties communes de notre établissement en cette période d’épidémie ?

Existe-t-il des conditions d’utilisation à respecter ?

Les réponses à ces questions s’appuient sur deux documents :

(1) Ventilateurs, climatiseurs, brumisateurs, vaporisateurs à usage individuel – CPIAS ARA – 2019 http://www.cpias-auvergnerhonealpes.fr/Doc_Reco/FichePratique/2019_Climatiseurs.pdf

(2) Avis du HCSP relatif à la gestion de l’épidémie de Covid-19 en cas d’exposition de la population à des vagues de chaleur – 6 mai 2020 https://www.preventioninfection.fr/?jet_download=10198

Par ici la réponse

 

Revenir sur notre actualité sur le Covid-19

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site RéPias