La lutte antivectorielle

4 janvier 2017

Prévention et maîtrise des maladies vectorielles en établissement de santé

 

La prévention et la maîtrise des maladies vectorielles en établissement de santé impliquent la mise en place de mesures spécifiques au sein des établissements pouvant accueillir des patients atteints du chikungunya, de la dengue ou du virus Zika. La lutte antivectorielle consiste à mettre en œuvre des mesures de contrôle des moustiques susceptibles d’être vecteurs de ces virus, ainsi que des mesures en cas d’admission d’un patient suspect ou atteint. Sur les zones d’implantation d’Aedes albopictus (moustique tigre), les établissements de santé doivent s’organiser pour faire face à cette problématique et éviter de devenir des foyers de transmission.

 

Les objectifs de ce nouveau guide, élaboré par un groupe de travail occitan associant l’ARS Occitanie, les ARLIN (LR et MP) et des représentants d’établissements de santé, sont de :

  • Proposer une liste de points-clés à envisager pour organiser la lutte antivectorielle au sein d’un établissement ;
  • Proposer une conduite à tenir pour la prise en charge sécurisée d’un patient atteint de dengue, chikungunya ou zika.

 

>> Téléchargez le guide.

Cet article vous a été utile ?
Partagez-le !